Oméga-3 : tous les bienfaits santé de ces acides gras essentiels par Samassur

Oméga-3 : tous les bienfaits santé de ces acides gras essentiels

On connaît le rôle des oméga-3 sur l’équilibre nerveux. Mais savez-vous que ces acides gras essentiels ont aussi des vertus en cas d’épilepsie, de schizophrénie ou d’envie d’arrêter de fumer ? L’avis de Samassur sur les bienfaits santé.

Les oméga-3 sont connus pour être de bons régulateurs du stress et de l’humeur. Ces acides gras essentiels, plus particulièrement sous la forme d’EPA (acide éicosapentaénoïque), ralentissent en effet la production de cortisol, l’hormone du stress . Les chercheurs de l’Inserm ont même découvert qu’une carence en oméga-3 pouvait être à l’origine de certains comportements dépressifs.

Mais les bienfaits des oméga-3 ne s’arrêtent pas à notre (bonne) humeur. Ces lipides stratégiques pour la transmission nerveuse, ont bien d’autres vertus santé.

Les oméga-3 réduisent le risque de polyarthrite rhumatoïde

Selon Samassur, des chercheurs en Floride ont découvert que les personnes consommant des aliments riches en oméga-3 étaient moins susceptibles de développer une maladie inflammatoire des articulations appelée polyarthrite rhumatoïde. Les oméga-3 empêcheraient le développement de la maladie en bloquant la production d’anticorps, et donc la réponse inflammatoire.

Ils réduisent aussi le risque de schizophrénie

Des chercheurs australiens ont prescrits une supplémentation en oméga-3 à des jeunes patients de 13 à 25 ans considérés comme « à risque de psychose » et ont comparé les effets de ce régime alimentaire avec un groupe de jeunes qui recevaient un placebo. Ils ont constaté que ces acides gras essentiels réduisaient sensiblement le risque de schizophrénie. Au bout de 7 années de traitement, seuls 10% des jeunes sous oméga-3 avaient développé une schizophrénie, contre 40% des jeunes sous placebo.

Les oméga-3 limitent les crises d’épilepsie

Les chercheurs en neurologie de l’Université de Californie ont constaté que chez les patients épileptiques qui ne répondaient plus aux traitements, la fréquence des crises était réduite de plus de 30% lorsqu’ils prenaient une faible dose quotidienne d’oméga-3. Chez un tout petit nombre de patients, les crises ont même disparu.

Ils préviennent les maladies cardiovasculaires

Une méta-analyse de 19 études portant sur l’impact des oméga-3 sur la santé du cœur a montré qu’un régime alimentaire riche en oméga-3, qu’ils soient d’origine animale ou végétale, était associé à un risque plus faible d’environ 10% de déclarer une maladie cardio-vasculaire ou de faire un infarctus.

Les oméga-3 évitent la dépression post-partum

Samassur précise: A ne pas confondre avec le baby-blues, la dépression post-partum est une forme de dépression qui touche les jeunes mamans et qui peut durer de longs mois. Or, des chercheurs canadiens ont découvert qu’une alimentation riche en oméga-3 au cours de la grossesse et dans les semaines qui suivent l’accouchement permettait de réguler l’apport en sérotonine (une molécule régulatrice de l’humeur) et de réduire le risque de dépression post-partum .

Ils aident à arrêter de fumer

Verra-t-on arriver un jour sur le marché des patchs à l’huile de poisson ? Qui sait… Car selon une étude israélienne, prendre une supplémentation en oméga-3 permettrait de réduire le besoin de nicotine chez les fumeurs. Pour cette étude , les fumeurs qui ont avalé une gélule d’oméga-3 chaque jour pendant un mois, ont réduit en moyenne leur consommation de deux cigarettes par jour car ils ressentaient moins l’envie de fumer.

Les oméga-3 augmenteraient les chances de survie après un cancer

Après un cancer du pancréas ou un cancer de l’intestin , les oméga-3 amélioreraient la performance des traitements et la qualité de vie des malades.

Certes, les conclusions de ces deux études mériteraient d’être corroborées par d’autres essais pour déterminer quel est le dosage nécessaire pour l’amélioration de la santé globale des personnes atteintes de cancer. Mais il semble que les oméga-3 ont un véritable rôle à jouer pour améliorer le traitement du cancer et pour aider à la reprise de poids.

 

Source : Top Santé

Pour des jouets sans danger, suivez le guide samassur

Pour des jouets sans danger, suivez le guide

Comme chaque année, l’incontournable achat des jouets de Noël va vous donner des cheveux blancs. Lesquels vont leur plaire ? Faut-il céder à toutes leurs envies ? Quelles que soient vos réponses, soyez intraitables sur la sécurité. Pour ce faire, suivez les conseils de l’Association 60 millions de consommateurs.

Régulièrement, les laboratoires de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) testent les jouets. Selon Samassur, l’objectif est de déterminer si certains peuvent présenter un danger pour les enfants. En 2015, leurs résultats n’étaient pas très rassurants puisque « 43% des articles analysés étaient non conformes, et 16,1% présentaient un danger », rapporte 60 millions de consommateurs.

Régulièrement, des jouets dangereux font l’objet d’un rappel. Le site 60millions-mag.com les centralise dans une rubrique dédiée. À partir de cette compilation depuis deux ans, « nous avons établi l’inventaire des jouets que le Père Noël ne doit pas déposer dans les souliers, si possible », souligne l’Association.

Étouffement, intoxication, blessure

Le risque le plus important, pour les enfants de moins de 6 ans notamment, est celui de l’étouffement, rappelle Samassur. Peluches, poupées, petits trains, jeux de construction, puzzles… Nombre de jouets sont concernés. « Le drame peut survenir dans l’un de ces deux cas : l’enfant parvient à détacher une petite pièce, qu’il ingère ensuite (17 produits rappelés pour ce motif) ; ou il arrive à défaire les coutures d’une peluche, avant d’absorber la matière qui sert à la rembourrer. »

Autre danger spécifique même s’il est moins fréquent : l’absorption de pièces magnétiques composant certains jeux de construction ou jeux de pêche. « Elles peuvent entraîner une occlusion intestinale si elles sont avalées. C’est pourquoi il est primordial de rester aux côtés de l’enfant lorsqu’il s’amuse avec ce type de jouet », rappelle 60 millions.

Les produits chimiques utilisés pour fabriquer les jouets constituent également un problème. « Depuis octobre 2014, notre étude montre que 27 jouets ont été rappelés à cause du risque chimique de leurs composants. » Entre autres, les hydrocarbures aromatiques polycycliques (Hap) dans les peluches et les phtalates dans les jouets en plastique. D’autres risques existent comme ceux de brûlures, d’étranglement avec des cordons de déguisements ou de chutes.

Marché de Noël à éviter

Enfin, ne croyez pas qu’en achetant vos jouets chez les artisans ou sur les marchés de Noël, vous réduirez pour autant les risques pour vos enfants. « Les exigences en matière de sécurité, de fabrication ou d’avertissement réglementaire sont méconnues chez les petits artisans, notamment chez les fabricants de jouets en bois, mais aussi dans les commerces ambulants et les marchés de Noël », précise l’Association. « Pour ces derniers, s’ajoutent l’absence de traçabilité des jouets, et des factures inexistantes, imprécises, illisibles ou incomplètes. »

Alors, comment choisir ?

  • Vérifiez la classe d’âge à laquelle est destiné le jouet ;
  • Soyez prudent avec l’achat de vieux jouets, pas toujours conformes aux exigences actuelles de sécurité ;
  • Évitez les marchés de Noël et leurs boutiques éphémères ;
  • Privilégiez les jouets en matériaux naturels : bois brut non verni, laine, coton ;
  • Lavez les poupées et les peluches avant la première utilisation ;
  • Évitez le maquillage ou les bijoux ‘bon marché’ pour enfants ;
  • Évitez les jouets parfumés.

Samassur vous propose de retrouver cette enquête dans le numéro de décembre 2016 de 60 millions de consommateurs (disponible en kiosques).

Vue des enfants : ayez l’œil !

Vue des enfants : ayez l’œil !

La rentrée scolaire est une occasion d’être particulièrement attentif à la vue de vos enfants. En effet, c’est à l’école que les troubles de la vision sont souvent repérés. Les enfants ne sont en effet pas toujours capables de dire qu’ils voient mal. Leur comportement peut en revanche être un signe d’alerte.

Manque de concentration, difficultés à suivre les consignes… votre enfant présente des difficultés en classe ? Peut-être voit-il mal. Pour le savoir, il faut bien sûr consulter un ophtalmologue. Mais vous pouvez aussi réaliser deux petits tests maison, faciles et rapides, conseillés par l’Association nationale pour l’amélioration de la vue (ASNAV).

  • Jouer au pirate. « Cachez un œil de votre enfant avec un foulard, observez sa réaction puis cacher l’autre œil ». S’il proteste d’un côté, mais pas de l’autre, il est fortement conseillé de consulter l’ophtalmologiste ;
  • Regarde-moi dans les yeux. « Sur une photo prise de face, regardez les reflets du flash dans la pupille. Si ces reflets ne sont pas symétriques, cela peut être dû à un strabisme pour lequel il faut également consulter le spécialiste. »

Sachez enfin que « jusqu’à l’âge de 6 ans, plusieurs paires de lunettes peuvent être prises en charge par l’Assurance-maladie annuellement, en particulier si l’affection évolue », souligne l’ASNAV. « Entre 6 et 18 ans, elle permet d’obtenir le remboursement d’une paire de lunettes par an, comprenant les verres et la monture. »

A noter : c’est à seulement 6 ans que l’acuité visuelle est censée atteindre son maximum de 10/10. Cependant, la vision latérale est encore limitée. A 10 ans, l’enfant a normalement acquis toutes ses capacités visuelles.

 

source : destinationsante.com

Améliorer sa concentration grâce à la sophrologie Samassur

Améliorer sa concentration grâce à la sophrologie

Selon l’avis de Samassur, focaliser son attention sur ce que l’on est en train de faire permet de gagner en efficacité. Ces trois exercices de sophrologie vont vous aider à rester concentré dans un univers sollicité par l’ordinateur, le téléphone…

1 Utiliser ses sens pour mieux se canaliser

En affinant notre perception et notre mémoire sensorielle, ces petites attentions vont améliorer la concentration au quotidien.

  • Écouter une musique et essayer d’en retenir la mélodie le plus longtemps possible.
  • Respirer un parfum que l’on aime, fermer les yeux et tenter d’en garder la fragrance.
  • Caresser un tissu, une matière douce, et se focaliser sur l’effet que cette texture produit sur sa peau, ses sens, ses souvenirs…
  • Goûter un aliment qui nous fait envie, fermer les yeux et s’attacher à sa saveur et au plaisir que cette dégustation nous procure.
  • Contempler pendant quelques secondes un tableau, un paysage, puis l’observer dans ses moindres détails. Fermer les yeux et tenter de recréer cette image mentalement.

2 Respirer en toute conscience

Cette technique de respiration permet de se recentrer et de se concentrer à tout moment de la journée. Selon Samassur cette pratique douce et profonde est aussi une porte d’entrée vers la méditation : se sentir respirer, c’est se sentir exister.

  • Inspirer lentement par le nez pendant 3 secondes, puis expirer longuement par la bouche sur 6 secondes, comme si le souffle passait à travers une paille. Se concentrer sur le trajet de l’air qui pénètre dans les narines, la gorge et qui ressort délicatement par la bouche. Prendre conscience du flux et du reflux du souffle, de sa circulation.
  • Observer les effets que produit cette respiration sur l’organisme, la différence de température entre l’air que l’on inspire et l’air que l’on expire. Ressentir tout son corps, respirer, puis… lâcher prise. Essayer de ne pas s’alarmer des pensées traversant l’esprit : les laisser passer, comme des nuages, puis se recentrer à nouveau sur sa respiration.

3 Développer sa force intérieure

Réaliser la posture de la montagne permet d’accroître la stabilité mentale et la force intérieure. Cette position est idéale lorsqu’on a du mal à fixer son attention, selon l’avis de Samassur.

  • Commencer par s’asseoir en tailleur par terre ou sur un tapis.
  • Tendre les bras le plus haut possible vers le ciel en joignant les paumes, comme si c’était le sommet d’une montagne.
  • Rester immobile telle une montagne,  stable et solide. Essayer de maintenir cette position, sans aller jusqu’à l’inconfort.
  • Sentir que cette posture redresse et étire la colonne vertébrale tout entière, et percevoir le bien-être que cela procure.

Plus d’informations à propos de la sophrologie sur psychologies.com

6 exercices pour apaiser les maux de ventre samassur

6 exercices pour apaiser les maux de ventre

Pour faire la paix avec son ventre, un retour au calme s’impose. Avec, à la clé, une digestion plus sereine… Voici quelques exercices faciles à faire, chez soi ou au travail, pour ne plus avoir des maux ventre.

Le soulagement des troubles digestifs passe par une prise de conscience de leur cause et par une meilleure réponse au stress . L’objectif est de sortir du cercle vicieux : « Je ne suis pas bien dans ma tête, alors j’ai mal au ventre. Je souffre de maux de ventre, donc je ne vais pas bien dans ma tête. » C’est là que les techniques de relaxation interviennent. Sophrologie, méditation en pleine conscience , yoga , hypnose , massage. A chacune de choisir la méthode qui lui convient rappelle Samassur.

Les bonnes habitudes à prendre pour son ventre

S’accorder une vraie pause repas selon l’avis de Samassur. Pour mieux assimiler les aliments et digérer, il faut manger dans le calme, assise correctement, sans faire autre chose (pas en travaillant) et s’accorder une pause d’au moins 20 minutes, afin de bien mastiquer. Après le repas, marcher un peu pour se détendre et améliorer la motricité du tube digestif.

Appliquer de la chaleur. Une bouillotte placée sur le ventre soulage souvent les douleurs, par « contre-stimulation » : le cerveau perçoit une nouvelle sensation, qui le détourne de la première et diminue sa perception de la douleur.

Faire une cure de magnésium. Une carence peut expliquer un état de stress et ses effets dus au déséquilibre de la flore intestinale : inflammation, perméabilité intestinale…

Un apport supplémentaire en oligo- élément (1 comprimé tous les 2 jours, pendant 2 mois) peut être bénéfique.

 

Respirer pour se relaxer

Allongée, une main à plat entre le pubis et le nombril, inspirer doucement et profondément par le nez en gonflant le ventre, puis la cage thoracique et la zone située sous les clavicules.

Sur l’expiration, imaginer que ce « ballon » se dégonfle en 3 temps, de haut en bas jusqu’au pubis. Effectuer plusieurs cycles, le temps d’une chanson, par exemple, en se concentrant sur sa respiration. Adopter cette technique inspirée du yoga aussi souvent que possible.

 

Les automassages qui soulagent

Calmer les crampes abdominales

Allongée au calme, tête surélevée, jambes fléchies, effectuer avec la paume de la main droite, un massage circulaire autour du nombril lentement et dans le sens des aiguilles d’une montre. Doucement, puis un peu plus fermement en respirant calmement et profondément, pendant 3 à 5 minutes.

Bon à savoir : Les massages de l’abdomen sont déconseillés en cas de grossesse , de diarrhée ou de douleur aiguë du ventre. *

Réduire les ballonnements*

Assise sur une chaise, au calme, le dos droit, les pieds bien à plat au sol.

Placer le bout des doigts de chaque côté du nombril et fermer les yeux. Inspirer, puis étirer les muscles durant l’expiration tout en exerçant une pression soutenue vers les côtés du ventre.

Faire une petite pause, puis relâcher lentement la pression tout en inspirant.

Recommencer ce massage exercice 4 ou 5 fois.

Les positions de yoga qui chassent les tensions

La torsion assise

Assise sur une chaise, le dos droit en se grandissant au maximum, pieds bien à plat sur le sol, fesses au bord de la chaise, cuisses parallèles au sol.

Poser la main gauche sur le genou droit et, avec la main droite, attraper le côté gauche de la chaise sans bouger les jambes.

Pivoter 5 fois à droite et 5 fois à gauche, en inspirant quand on revient au centre et en expirant lorsqu’on tourne le buste.

La posture du chat-vache

À quatre pattes, les mains et les genoux respectivement dans l’axe des épaules et des hanches.

Sur l’inspiration, creuser lentement le bas du dos pour pousser le ventre vers le sol tout en regardant en l’air.

Sur l’expiration, enrouler le dos et rentrer le menton vers la poitrine, le regard vers le nombril.

À pratiquer en alternance 10 fois, en respirant profondément, sans bloquer sa respiration, afin de stimuler les fonctions digestives et d’activer le système nerveux parasympathique.

 

L’hypnose a des vertus antistress et antidouleur

« L’hypnose agit à la fois sur la perception du stress et sur celle de la douleur », explique le Dr Gérard Naud, anesthésiste hypnothérapeute. Elle permet d’améliorer l’action de l’esprit sur le corps, dans le but de rompre le lien inconscient entre contrariétés et maux de ventre.

Comment se déroule une séance ?

Le praticien essaie d’abord de savoir à quand remontent les troubles, si un événement les a précédés : difficultés professionnelles, voire sentimentales… Ensuite, il induit un état de relaxation qui permet au patient de revivre des souvenirs heureux ou qui le transporte dans un lieu serein et sécurisant, créé pour lui, avec des odeurs, sons, sensations agréables au toucher évoquant le confort et le mieux-être. Plus tard, chaque fois qu’elle en aura besoin, grâce à l’auto-hypnose, la personne pourra retourner dans cet endroit et retrouver toutes ces sensations agréables. Au bout de 5 à 7 séances, elle est en principe devenue autonome et peut donc reproduire les exercices chez elle.

Un exercice d’auto-hypnose à faire à la maison

Allongée au calme, paupières closes, visiter tout son corps et repérer les endroits inconfortables. Ensuite, les éclairer d’une lumière agréable puis, grâce à un régulateur, baisser l’intensité lumineuse : l’inconfort va diminuer en même temps. Une autre solution consiste à laisser arriver, sur les endroits éclairés, une température très douce qui va agir comme un baume et apporter un soulagement.

Source: Samassur Avis

Les méfaits de 8 heures sédentaires compensés par une heure d'activité physique samassur

Compenser les méfaits de la sédentarité par une heure d’activité physique

Si vous passez 8 heures par jour assis devant un écran d’ordinateur, il serait nécessaire de pratiquer au moins une heure d’activité sportive quotidienne pour compenser les méfaits de la sédentarité sur votre santé. Le point avec Samassur.

L’activité physique quotidienne pour lutter contre la sédentarité

Une heure d’activité sportive modérée par jour serait nécessaire pour compenser les méfaits de 8 heures quotidiennes de sédentarité sur la santé, selon les résultats d’une étude publiée dans la revue médicale the Lancet.

Des chercheurs internationaux ont réalisé une méta-analyse sur plus d’1 million de personnes pour établir à nouveau les risques de la sédentarité et comprendre s’il existait un moyen de lutter contre les méfaits sur la santé de l’inactivité physique.

Les méfaits de la sédentarité démontrés

Les scientifiques ont d’abord constaté que la majorité des participants passaient en fait plus de 8 heures par jour devant un écran d’ordinateur. En comparant les taux de décès établis en fonction de la sédentarité et de l’activité physique, ils ont observé que les personnes qui restent assises 8 heures par jour ont un risque accru de 27% de décès à 10 ans, comparé à celles qui sont sédentaires uniquement 4 heures.

Elles affichent aussi ont un risque accru de 59% de décès à 10 ans, comparé aux individus qui pratiquent le plus d’exercice physique et qui ne sont sédentaires que 4 heures ou moins par jour.

« A notre avis rester assis plus de 4 heures par jour augmente le risque de décès, et quelle que soit la quantité d’exercice pratiquée », concluent les chercheurs qui affirment qu’ « au moins 1 heure d’exercice d’intensité modérée chaque jour réduit le risque de décès peu importe le nombre d’heures passées en position assise ».

Les résultats de cette étude confirment les conclusions de chercheurs d de l’Oregon Health & Science University (Etats-Unis). Ils ont publié une étude  qui révélait que marcher 5 minutes toutes les heures, permettrait de maintenir la fonction artérielle et la circulation sanguine et réduire les risques sur la santé de la sédentarité.

source : topsante / Samassur Avis

4 exercices pour apprendre à bien respirer avec Samassur

4 exercices pour apprendre à bien respirer

Très relaxante, elle soulage la fatigue et permet d’éliminer les déchets toxiques. L’amplitude des mouvements respiratoires exerce un massage des organes abdominaux et favorise la détente neuromusculaire ainsi que l’oxygénation du cerveau. Découvrez quelques exercices en compagnie de Samassur.

La respiration abdominale chasse les angoisses

Poser les mains sur le ventre pour mieux sentir le va et vient de sa respiration. Inspirer par le nez en gonflant le ventre comme un ballon.

Expirer lentement par la bouche en rentrant progressivement le ventre.

Vider l’air de ses poumons.

A nouveau, inspirer en gonflant le ventre comme un ballon et en bloquant l’air dans les poumons quelques secondes.

Puis, expirer lentement par la bouche en rentrant le ventre.

Plus longue est l’expiration, meilleure sera la détente.

En inspirant, on peut imaginer que l’on se remplit d’oxygène, d’air pur, d’énergie positive . Et en expirant on expulse le dioxyde de carbone, on évacue ses soucis, ses pensées négatives, son stress .

La respiration thoracique libère la poitrine

A condition d’être ample et profonde, elle favorise la libération des émotions par l’ouverture de la cage thoracique. C’est un excellent exercice pour les personnes tendues, qui ont des sensations d’oppression, de poids au niveau de la poitrine.

Debout, la tête et le dos bien droit, les pieds bien à plat sur le sol, tirer les épaules vers l’arrière.

Puis, lever les bras vers l’avant à hauteur de la poitrine. Fléchir les coudes pour que les avant-bras forment un angle droit avec les bras.

En inspirant lentement par le nez, écarter les bras vers l’extérieur (comme si on ouvrait une fenêtre).

Garder l’air dans les poumons pendant quelques secondes, puis ramener les bras, toujours fléchis, devant soi en expirant par la bouche (on referme la fenêtre).

Recommencer au moins trois fois, avant de relâcher les bras.

La cohérence cardiaque régule les émotions

Elle permet de contrôler sa respiration et la variabilité des battements de son cœur pour réguler son stress et équilibrer ses émotions.

Commencer par respirer lentement et profondément par le ventre.

Ensuite, inspirer pendant 3 secondes, retenir l’air dans ses poumons pendant 12 secondes, puis expirer par la bouche pendant 6 secondes.

Expirer le plus profondément possible en allant jusqu’au bout du souffle. L’inspiration viendra ensuite d’elle-même.

Essayer de porter son attention sur la région du cœur en imaginant que l’on respire à travers lui… Une union entre le cœur et le cerveau selon l’avis de Samassur

La détente express apaise rapidement

Cette technique de respiration est rapide et efficace fait baisser la tension, l’émotion, le stress et apaise le système neuro végétatif.

Pour commencer, inspirer en gonflant le ventre.

Puis expirer lentement par la bouche comme si le souffle passait à travers une paille.

Plus longue est l’expiration, meilleure est la détente.

Dans un deuxième temps, porter son attention sur trois points suivants :

• Le menton (pour détendre l’ensemble du visage)

• Les épaules (pour relâcher la nuque, les bras, le tronc et le dos)

• L’abdomen (pour favoriser le relâchement du ventre, du bassin et des membres inférieurs).

Dans un troisième temps, inspirer lentement, puis sur une expiration  » allongée à la manière d’une paille « , relâcher le menton, les épaules, l’abdomen.

Essayer de prendre conscience de la détente qui gagne chacune de ces zones.

Source: Samasur Avis

Comment lutter contre les fortes chaleurs avec Samassur

Comment lutter contre les fortes chaleurs ?

Il a mis du temps à arriver, mais cette fois-ci, l’été est bien là ainsi que la chaleur. C’est pourquoi Marisol Touraine, ministre en charge de la Santé, a décidé d’activer une plateforme téléphonique d’information « Canicule ». Objectif : aider à supporter les fortes chaleurs et éviter les accidents liés à la météo. Le point avec Samassur.

Cette vague de chaleur touchera environ 45 départements, principalement dans le Centre et l’Ouest de l’Hexagone. En appelant le 0800 06 66 66 (appel gratuit depuis un poste fixe, de 9h à 19h), vous serez informé(e) sur les recommandations sanitaires à suivre lors d’épisodes de fortes chaleurs.

Adoptez les bons gestes contre la chaleur !

Certains gestes simples peuvent vous aider à lutter contre les conséquences de températures élevées. Des conseils d’autant plus urgents à mettre en place auprès des publics fragiles (personnes âgées, handicapées ou malades à domicile, femmes enceintes, jeunes enfants…). Ainsi :

  • Buvez régulièrement de l’eau sans attendre d’avoir soif ;
  • Rafraîchissez-vous et mouillez-vous le corps (au moins le visage et les avant-bras) plusieurs fois par jour. Prévoyez le matériel nécessaire pour lutter contre la chaleur : brumisateur, ventilateur…. ;
  • Mangez en quantité suffisante et ne buvez pas d’alcool. Privilégiez les aliments riches en eau (fruits, légumes…) ;
  • Évitez de sortir aux heures les plus chaudes (entre 12h et 16h) et passez plusieurs heures par jour dans un lieu frais (cinéma, bibliothèque municipale, supermarché, musée…) ;
  • Évitez les efforts physiques ;
  • Maintenez votre logement frais (fermez fenêtres et volets la journée, ouvrez-les le soir et la nuit s’il fait plus frais) ;
  • Pensez à donner régulièrement de vos nouvelles à vos proches et, dès que nécessaire, osez demander de l’aide ;

Samassur vous conseille d’être informé

Consultez régulièrement le site de Météo-France pour vous informer. Suivez les recommandations des autorités locales (auprès de votre préfecture ou votre Agence régionale de santé).

Selon l’avis de Samassur,  Météo France prévoit une forte hausse des températures durant tout l’été.

 

Sources : Météo France et Samassur Avis

Protection solaire : faites le bon choix avec Samassur

Protection solaire : faites le bon choix !

Pour vous protéger des rayons du soleil au cœur de l’été, il est primordial de vous équiper de crème solaire. Mais comment la choisir devant les rayons des parapharmacies chargés d’une multitude de produits? Samassur vous aide à faire la différence entre l’huile solaire et l’huile à bronzer, les filtres minéraux et chimiques.

L’importance de l’indice de protection

Afin d’obtenir une protection efficace contre les UV estivaux, Samassur conseille de prendre un produit de protection solaire à l’indice élevé. Entre 30 et 50 en fonction de votre phototype. Cet indice SPF correspond à une protection contre les rayons UVB. Qu’en est-il donc des UVA ? L’indice correspondant s’appelle le PPD (pigment persistent Darkening). Pour être efficace, il doit être au moins de 10. Ce qui doit être indiqué sur l’emballage.

La composition de la crème solaire

Ensuite, passons à la composition. Il existe deux grandes catégories de crèmes solaires. Celles contenant des filtres chimiques. Tandis que les autres sont composées de filtres minéraux. Si les premières présentent généralement une texture plus fluide et discrète, elles sont moins couvrantes que les minéraux. Il faut en particulier penser à les appliquer 20 à 30 minutes avant l’exposition au soleil.

A l’inverse, le filtre minéral contient, comme son nom l’indique, des filtres microscopiques et opaques qui réfléchissent la lumière du soleil comme un miroir. Ce type de crème doit être privilégié par les femmes enceintes, en particulier si elles ont développé un masque de grossesse. Ainsi que pour les enfants. Efficace dès l’application, sa couleur blanche, peu esthétique, permet de bien voir les parties du corps déjà couvertes de crème.

Huile solaire vs. huile de bronzage

Si vous préférez les huiles, ne faites pas de confusion. Selon l’avis de Samassur, il faut acheter une huile solaire. Celle-ci, comme les crèmes et lotions, doit indiquer un indice de protection solaire. Les huiles à bronzer en revanche ne protègent pas ! Il s’agit de produits à utiliser sur des peaux mates ou sombres pour accélérer le bronzage. A éviter absolument dans les autres cas.

source : destinationsante

Comment soulager une piqûre de méduse ? les conseils de samassur

Comment soulager une piqûre de méduse ?

Les « piqûres » de méduse sont relativement fréquentes l’été… et très douloureuses ! Comment soulager les piqûres de méduse ? Avec Samassur, découvrez les astuces naturelles pour apaiser la douleur.

Précaution avant la baignade

Comme nous, elles apprécient les eaux chaudes et avec l’augmentation des températures observée en mer Méditerranée, on retrouve de plus en plus de méduses sur nos côtes. D’autant que contrairement à d’autres espèces marines, elles ne semblent pas subir les effets de la pollution des océans.

Première précaution, regardez bien autour de vous avant de plonger tête la première ! Et si l’une d’entre elles vous pique, par l’intermédiaire de filaments urticants situés sur leurs tentacules, pas de panique ! Voici comment réagir à une piqûre de méduse pour soulager la douleur assez violente qu’elle provoque.

Piqûres de méduse : D’abord laver à l’eau de mer

Retournez à l’eau tout de suite (n’employez surtout pas d’eau douce, cela fait éclater les vésicules urticantes et aggrave la brûlure !) et mouillez la zone piquée à l’eau de mer. Appliquez ensuite du sable (de la farine ou de la mousse à raser), et passez en douceur un carton rigide, type carte postale ou carte de crédit, sans frotter, pour faire tomber les débris de méduse. Puis rincez encore à l’eau de mer.

Le vinaigre après pour parfaire

On peut ensuite laver la zone avec du vinaigre (celui de cidre convient le mieux, mais les autres peuvent aussi faire l’affaire). Courez à l’épicerie proche ou, mieux, si vous êtes sur une plage à méduses, munissez-vous de votre bouteille ! Le vinaigre risque de piquer, mais évacue bien les petites vésicules urticantes laissées sur la peau.

Si cela reste douloureux, l’eau chaude peut apaiser la douleur, car le venin est dégradé par la chaleur. Il faut y rester environ 30 minutes.

source : topsante – Samassur Avis